Le communiqué du préfet qui a mis le feu aux poudres le lundi 13 novembre

COMMUNIQUE DE PRESSE
Le Conseil Départemental et la ville de Vincennes vont procéder à des délocalisations d’établissements accueillant des enfants et des adolescents suite à la découverte de solvants chlorés dans l’air intérieur des bâtiments concernés.

Lien vers le communiqué officiel 

Le Conseil départemental exerce la responsabilité de la construction et de l’entretien des collèges publics du Val-de-Marne depuis 1986. Dans ce cadre, il a décidé de réhabiliter le collège Saint-Exupéry à Vincennes dont une partie des bâtiments datent de 1885 et pour les plus récents de 1970.
A l’occasion des études préparatoires à ce projet, et selon les dispositions réglementaires en vigueur, des diagnostics techniques ont ainsi été opérés à l’été 2017.
Ces derniers ont révélé la présence de solvants chlorés, le tétrachloroéthylène (PCE) et le trichloroéthylène (TCE), liés à une activité industrielle présente sur le site de 1900 à 1970. Ces solvants chlorés ont été trouvés dans le collège Saint-Exupéry et, dans une moindre mesure, dans le bâtiment accueillant la crèche Liberté, le Relais d’Assistantes Maternelles (RAM) et la restauration scolaire de la maternelle du Nord.
A la demande du Conseil départemental et de la Préfecture du Val-de-Marne, l’Agence Régionale de Santé (ARS), autorité chargée de la Santé publique, a été saisie. Sur la base des résultats obtenus lors de deux cycles d’analyses, respectivement connus le 13 octobre et le 09 novembre 2017, l’ARS estime que la situation ne présente pas d’urgence sanitaire. Elle préconise néanmoins, à titre de précaution, la fermeture des espaces impactés par cette pollution et des mesures de gestion comportant des travaux pour éliminer la source de pollution.
Déménagement du collège Saint-Exupéry
Un tel dispositif n’étant pas matériellement compatible avec la poursuite du fonctionnement du collège, le Conseil départemental, en lien avec la préfecture, les services départementaux de l’Education Nationale, l’ARS et la ville de Vincennes, a décidé de procéder au déménagement du collège Saint-Exupéry et d’engager des travaux de dépollution.
Un seul établissement permet d’accueillir dans les délais les plus brefs les 650 collégiens, l’équipe éducative et le personnel dans des conditions satisfaisantes. Il s’agit de l’ancien collège Gustave Monod, situé à Vitry-sur-Seine et libéré depuis quelques mois. Des cars seront affrétés par le Département pour le transport des collégiens.
L’installation dans ce collège aura lieu dès le lundi 27 novembre 2017. Pour procéder à ce déménagement, le collège Saint-Exupéry sera fermé à compter du mardi 21 novembre après les cours.
Un établissement plus proche de Vincennes, l’ancien collège Camille Pissarro, situé à Saint-Maur-des-Fossés, et accessible directement par le RER A, sera disponible dès le 8 janvier 2018. Ainsi, afin de faciliter le quotidien des collégiens et de l’ensemble de la communauté éducative, le Conseil départemental procédera à un nouveau déménagement du Collège Monod vers le collège Pissarro pendant les congés de fin d’année.
Cette solution, en raison des contraintes qu’elle génère pour les élèves et leur familles, ne sera que temporaire. C’est pourquoi le Conseil départemental, en lien avec la ville de Vincennes et les services départementaux de l’Education Nationale, travaille à la construction d’un collège provisoire à proximité de l’actuel collège. Ce dernier, en accélérant au maximum les procédures, sera mis en service pour la rentrée de septembre 2018.
Déménagement de la crèche Liberté, du Relais d’Assistantes Maternelles et de la restauration scolaire de la maternelle du Nord
La ville de Vincennes procédera au transfert de la crèche, qui accueille 33 enfants, le lundi 20 novembre. Les enfants seront accueillis dans d’autres structures municipales. Cette décision résulte d’un principe de précaution concernant les très jeunes enfants.
Il a également été décidé de transférer le Relais d’Assistantes Maternelles et la restauration scolaire de la maternelle du Nord qui se situent dans les mêmes locaux.
Situation de l’école maternelle Nord
Suite aux premiers résultats connus pour le collège Saint-Exupéry et le bâtiment accueillant la crèche Liberté, le RAM et la restauration scolaire de la maternelle Nord, la ville de Vincennes a immédiatement demandé que des analyses soient réalisées à l’école maternelle Nord. Les résultats, connus le mardi 7 novembre, ne montrent aucun impact sur la qualité de l’air intérieur.
Réunions d’informations pour les parents et les riverains
Cette situation exceptionnelle, les gênes et les interrogations qu’elle engendre pour les élèves, les familles et la communauté éducative, sont parfaitement mesurées par nos services.
Afin de répondre aux questions des familles, des réunions d’information en direction de l’ensemble des familles des différentes structures se tiendront en présence du Conseil départemental, de la ville de Vincennes, de la Préfecture, des services départementaux de l’Education Nationale et de l’Agence Régionale de Santé.
Une réunion d’information sera également organisée à destination des riverains.

 

Le collège Saint-Ex vent debout contre son transfert à Vitry

« Non au projet » La banderole apposée devant le collège Saint-Exupéry de Vincennes est on ne peut plus claire, qui répond à la décision de transférer les 650 élèves à Vitry-sur-Seine jusqu’à Noël (ils iront ensuite à Saint-Maur-des-Fossés) après la découverte de solvants chlorés liés à l’ancienne activité industrielle du site.

« C’est une catastrophe qui nous tombe dessus, on a été averti en extrême dernière minute. Hier soir, les enfants sortent du collège avec une feuille expliquant que le collège déménage dans l’urgence pour cause de danger sanitaire. On voudrait qu’il y ait une concertation avec les parents d’élèves,  des discussions pour prendre le temps de décider,  voir s’il y a vraiment un danger immédiat ou si l’on peut attendre jusqu’à Noël. Pour les élèves, c’est presque la fête d’aller prendre le car pour aller jusqu’à Vitry mais ils n’ont pas bien compris ce qui allait leur arriver. C’est inadmissible! La solution la plus envisageable serait de construire des préfabriqués pas loin de Vincennes », réagit Karine, mère d’un élève de 6ème.

« On est abasourdi parce que cela nous est tombé dessus sans qu’aucune information n’ait plus filtrer avant. En même temps on nous dit qu’on va fermer l’établissement et en même temps on nous dit qu’il n’y a pas de risque urgent donc on a du mal à s’y retrouver !  », abonde une autre mère de collégien.

« Il est hors de question que nos enfants prennent le bus pour aller à Vitry parce qu’il va falloir qu’ils se lèvent plus tôt et ils ne pourront plus faire leurs activités extra-scolaire. Quand on sait qu’il y a des particules dangereuses qui flottent dans l’air, on est inquiet mais je pense que ça existe depuis les années 70 et que la décision est tombée d’un coup sans prévenir », s’agace encore Daniel, un autre parent.

Du côté des élèves, l’idée de se lever plus tôt ne réjouit pas non plus. «C’est un peu n’importe quoi, on est pas content. Surtout avec l’histoire des bus, ça nous prendra plus d’une heure pour y aller, on va devoir se lever plus tôt», lâche Nicolas, élève de 5ème.

« On a déménagé à Vincennes, ce n’est pas pour avoir une école à Vitry !  Sinon on habiterait dans cette ville. Le matin, si on commence à 8 h, on devra se lever à 5 h, on aura au moins une heure et demie de car pour y aller. On est très triste de quitter le collège et on ne veut pas aller à Vitry, on a peur que nos amis partent un peu partout dans d’autres collèges, on ne sait pas trop ce qui va se passer, on est très peu informé », témoignent à leur tour Rose et Camille, élèves de 4ème

Ce mardi 14 novembre, les fédérations de parents d’élèves Peep et Fcpe du collège ont été reçues en urgence, à leur demande, par Evelyne Rabardel, vice-présidente du Conseil départemental du Val de Marne en charge des collèges. « Notre première demande portait sur la communication des résultats et rapports techniques d’analyses et sur celle de la recommandation de l’ARS. Ces documents ne nous ont pas été transmis, le Conseil n’ayant pas compétence à diffuser ces analyses et nous renvoyant vers l’ARS. (…) D’après le Conseil Départemental, l’analyse montre que les taux de pollution dépassent les seuils admis dans la majeure partie des locaux du collège, ce qui ne permet pas le maintien des élèves dans l’établissement. (…) A une question portant sur la recherche d’autres polluants que le trichloréthylène (métaux lourds, cyanure…), il nous a été répondu que de telles recherches avaient bien été effectuées et que les résultats étaient satisfaisants. L’eau du robinet a été également analysée« , rapportent les fédérations dans un communiqué commun.

Un aménagement sur 4 jours pendant la période Vitry ?

Durant leur entrevue, les fédérations se sont aussi vues indiquer que l’ancien collège Monod répondait « aux exigences de sécurité nécessaires à l’accès de 13 bus scolaires » et que « l’Inspection d’académie, avec la direction du collège, étudie à l’heure actuelle de nouveaux emplois du temps de façon à condenser les enseignements sur quatre jours, avec une amplitude horaire réduite. »

Les parents d’élèves proposent Paris 12e

De leur côté, les représentants des parents d’élèves ont indiqué qu’ils « refusaient la solution de Vitry, site trop éloigné de Vincennes« , considérant « que toutes les pistes n’ont pas forcément été explorées, notamment sur le 12e arrondissement de Paris et sur Vincennes même ». « Pour Paris, le Conseil Départemental s’est engagé à examiner cette solution dès demain« , indique le communiqué des parents qui ont aussi réclamé la mise en place accélérée d’un collège modulaire.
« Se basant sur son expérience, le Conseil Départemental nous a fait part de délais incompressibles (dépôt et instruction du permis de construire, étude et fabrication des modulaires, montage, identification des réseaux et raccordement). Soit environ 6 mois. Pour diminuer sensiblement les délais, il faut un engagement total du Préfet et de ses services lors de l’instruction du dossier. Par ailleurs, le projet ne peut démarrer sans que le terrain soit officiellement désigné, ce qui n’est toujours pas le cas« , rapportent encore les parents.

D’autres demandes ont été discutées. « Par ailleurs, nous nous sommes fait le relais des différentes interrogations des parents :
• l’absence de cours pendant une semaine et la responsabilité engagée : la décision a été prise en accord avec l’éducation nationale (délai nécessaire pour déménager le collège).
• Par rapport à la sécurité des élèves au moment du regroupement devant les cars dans le contexte de l’Opération Sentinelle : la ville de Vincennes et la ville de Vitry ont prévu la mise d’un encadrement répondant à la problématique.
• Sécurité dans le RER A : le projet étant plus lointain, il est en réflexion. La gratuité des transports est également à l’étude.
• Concernant les articles évoquant la présence de radioactivité aux abords du collège Pissarro de Saint-Maur, nos interlocuteurs ne sont pas au courant du problème. Après recherche, un article de l’IRSN (Institut de radioprotection et de santé nucléaire) semble montrer que le danger est écarté.
• Le risque sanitaire semblant avéré, nous avons demandé si une enquête épidémiologique sera engagée et si un suivi sanitaire est prévu : le Conseil départemental nous renvoie à l’ARS« , détaille le communiqué Fcpe-Peep.

Une manif avant la réunion avec les parents
Ce soir, une grande marche est organisée de 18h à 18h30, de la mairie de Vincennes jusqu’à la salle Georges Pompidou rue de Fontenay, où se déroulera une réunion d’information à 18h30 en présence de la nouvelle maire Charlotte Libert-Albanel, qui démarre son mandat sur des charbons ardents… Ce matin, une conférence de presse a également été convoquée d’urgence en préfecture.

En savoir plus sur 94 Citoyens

Questionnaire réservé aux parents des collégiens de Saint –Exupéry Vincennes

[psfb id= »739″ title= »Questionnaire réservé aux parents des collégiens de Saint –Exupéry Vincennes »]